Paris
contact@gestiondefiscalisation.com

Victimes des lois du logement

Comment défiscaliser? conseils investissement immobilier locatif et produits financiers diverses

Fortunés et primo-accédants : principales victimes des nouvelles lois du logement et de finance

Les récents changements apportés par la loi de finance et la loi du logement ont fait beaucoup de remous dans le secteur immobilier. Avec les mesures apportées à différents dispositifs de défiscalisation, le gouvernement va aussi apporter des modifications sur le comportement d’acquisition de bien immobilier des ménages français.

APL accession supprimée, conditions d’accès à l’allocation familiale modifiées

Auparavant, l’aide personnalisée au logement accession ou APL accession permettait aux primo-accedants de bénéficier d’un appui de 25% venant de l’État, sur le montant à verser par mois, par rapport à un crédit immobilier. Cet apport était envoyé directement de la trésorerie de l’État à la banque du bénéficiaire. Cependant, avec les récents changements sur la loi de finance et celle du logement, cette aide sera supprimée dès janvier 2018. À noter que l’APL accession faisait quelques 50 000 bénéficiaires par an étant donné qu’elle permettait aux primo-accédants de faciliter l’accès à un prêt immobilier et l’acquisition d’un bien. Toutefois, même si cette décision permet à l’État d’économiser, cela lui coûtera cher vu que les primo-accédants peuvent également jouir de l’APL locative. Un dispositif qui est nettement plus cher.
Parallèlement, les conditions d’accès à l’allocation familiale seront également modifiées. En effet, l’accès à cette aide ne sera plus universelle et ne concernera plus les foyers avec un revenu mensuel qui dépasse les 6 000 euros. Ce changement fera gagner jusqu’à 440 millions d’euros par an à la caisse de l’État. Néanmoins, malgré ce gain, cette décision semblait choquer le Ministre de l’Économie à en juger ses propos sur CNews.

Les fortunés taxés sur leurs biens

La loi de finance a également prévu de taxer les riches et fortunés français. En effet, suite aux critiques de la population française lors de la transition de l’ISF vers l’IFI, ne considérant que l’imposition sur les biens immobiliers, le gouvernement a choisi de taxer les biens indicateurs de fortune chez les riches. Cela concerne donc, les yachts, mais aussi, les jets privés. Seules exceptions dans ce cas, c’est l’action qui ne fera pas l’objet d’une taxation. Par ailleurs, selon les dires du chef du gouvernement, Edouard Philippe, dans les lignes de Libération, on peut également envisager une augmentation des taxes spécifiques sur certains biens que les fortunés disposent. Il s’agirait dans ce cas, des biens mobiliers qui peuvent impacter l’environnement. L’objectif étant de modifier le comportement d’achat des fortunés et de leurs familles