Paris
contact@gestiondefiscalisation.com

Les avantages de l’assurance vie en matière d’épargne

Comment défiscaliser? conseils investissement immobilier locatif et produits financiers diverses

Dans le monde de la finance, il existe plusieurs types d’épargnes servant à faire fructifier les capitaux
investis. Dans ce domaine, il est possible de choisir parmi les placements bancaires avec un risque
presque nul et une rentabilité de 2% tous les ans. Le bien immobilier demande plusieurs frais pour
les entretiens avec des risques plus élevés comme la valeur de l’immobilier, le loyer voire les
catastrophes naturelles qui peuvent survenir sur l’immeuble. Une étude approfondie a permis de voir
que l’assurance vie est l’épargne la plus efficace encore aujourd’hui malgré les différents
changements économiques, fiscaux et financiers en France.

Distribution de capitaux

Plusieurs avantages s’offrent à l’investisseur en choisissant le placement dans l’assurance vie. En fait,
ce principe englobe plusieurs sortes d’investissements. En effet, le financier peut répartir les fonds à
travers les biens immobiliers, les placements boursiers ou les comptes épargnes. Les revenus et les
bénéfices pourront être soit retirés, soit gardés pour les bénéficiaires en cas de décès. C’est d’ailleurs
la raison de l’appellation assurance vie.

Gestion et arbitrage

Cette répartition être géré par une autre personne sous-mandat ou par la personne même. Quoi qu’il
en soit, l’épargnant peut toujours changer le mode de répartition de son argent afin de gagner plus.
La rentabilité d’un placement est calculée à partir du revenu soustrait des frais fiscaux et capitaux
propres. Il faut savoir gérer les épargnes pour avoir le rendement maximum. C’est le but de
l’arbitrage. Le gérant peut apporter des modifications sur la distribution de fonds. Et cet arbitrage
peut se faire à tout moment pour améliorer les bénéfices ou réduire les frais, les dépenses fiscaux,
ou même éviter les risques liés aux placements.

Retrait en cas de besoin

Durant le placement au sein d’une assurance vie, il est possible de faire un retrait à tout moment.
L’assurance vie permet de toucher son revenu seulement en cas de besoin. Le reste sera sauvegardé
pour le bénéficiaire après le décès. De plus, l’avantage fiscal se présente dans ce cas. Le prélèvement
fiscal ne se fera que durant un retrait et selon la somme perçue. Or, durant tout placement courant,
le revenu sera touché régulièrement à chaque mois. Par exemple, le propriétaire d’un bien
immobilier recevra son loyer chaque mois qu’il en a besoin ou pas. Et le prélèvement fiscal se fera à
partir du revenu mensuel de la personne.

Possibilité d’avance

Il est possible que l’investisseur ait besoin d’argent au cours de son placement. Pourtant, le montant
de l’épargne étant touché, celui du bénéfice risque de diminuer. En effet, le capital servant à assurer
le fonctionnement de l’épargne sera déjà engagé ou perdu. C’est pourquoi l’assureur accorde une
avance au financier pour ne pas avoir à faire un retrait auprès de son compte assurance vie. De plus,
cette liquidité ne sera soumise à aucun prélèvement fiscal. C’est comme un prêt qu’il fera au sein de
son compte même. La valeur de cette avance est égale au rendement des fonds ajouté d’1%.
Sans implication avec l’héritage
L’assurance vie n’a aucun effet sur l’héritage de la personne. Elle ne dépend que d’un contrat qui met
en évidence la présence d’un ou plusieurs bénéficiaires. C’est-à- dire que le capital investi et
mentionné dans le contrat ne fera pas partie des biens inscrits dans l’héritage en cas de décès. Seuls
les bénéficiaires joueront de ce droit. Cela peut être les héritiers, les successeurs ou des personnes
extérieures. Quoi qu’il en soit, toute décision comprise dans le contrat d’assurance vie n’implique pas
l’héritage.

Moins de frais, taxes, droits de succession

Ce dernier avantage de l’assurance vie s’applique surtout au bénéficiaire. En fait, il n’aura pas à payer
une somme considérable comme les droits de successions si le capital est élevé. Si cette somme
dépasse les 152 500€, le bénéficiaire pourra oublier les frais concernant ces droits, mais il aura
également des privilèges au niveau des taxes. Il n’aura plus qu’à payer au plus 31% de la somme des
primes avant 70ans. Pourtant, dans d’autres placements, il est possible de débourser plus de la
moitié de cette somme durant une succession classique.