Paris
contact@gestiondefiscalisation.com

Assurance vie ou Assurance décès

Comment défiscaliser? conseils investissement immobilier locatif et produits financiers diverses

Les méthodes d’épargnes sont différentes et présentent des rentabilités et les principes différents les
uns des autres. Il est possible de faire des investissements pour récolter des bénéfices considérables.
Pour certains cas, l’épargne effectué permet d’offrir de l’argent à des bénéficiaires désignés en cas de
décès. C’est le cas de l’assurance. Néanmoins, l’assurance vie diffère de l’assurance décès sur
nombreux domaines. Et ce ne sont pas les seules épargnes permettant qui aide l’assuré en cas de
décès. Cet article a pour objet de montrer les points de différences de manière à aides les
épargnants.

Assurance décès

Principe

A partir du principe, l’objectif et le fonctionnement de ces deux assurances sont différents.
L’assurance décès procure des avantages uniquement aux bénéficiaires. D’ailleurs, il ne sera pas
vraiment question d’épargne. C’est en fait une prévoyance. En effet, le principe est d’offrir aux
bénéficiaires, l’argent récolté par l’assurance au cours de sa vie. L’assuré doit alors verser de l’argent
régulièrement ou fréquemment. Cette somme pourra, par exemple, subvenir aux besoins de la
famille en cas de décès ou d’accident. Dans certains cas, le capital de l’assurance sera également
légué dans l’éventualité où l’assuré serait invalide à cause d’une maladie ou d’un souci suite à un
accident. Pour d’amples informations, il est préférable de voir l’agent l’assureur.

Obligatoire lors d’un prêt

L’assurance décès est obligatoire dans des formalités comme lors d’un prêt immobilier par exemple.
En effet, il faudra que le créancier garantisse le retour de son argent. Que ce soit au niveau des
banques ou des autres entreprises à crédit, cela est nécessaire. De cette manière, le prêt sera
toujours couvert même en cas de décès prématuré de la part de son client. L’assuré devra alors
verser un quota mensuel ou annuel à l’assurance. De ce fait, s’il meurt, les débiteurs n’auront plus
qu’à soutirer l’argent de l’assurance décès pour rembourser le dû.

Succession du capital

La succession du capital de l’assurance vie dépend également de certains paramètres. En effet, il est
nécessaire de payer une certaine somme chaque année qui sera considérée comme une prime
d’assurance. Si le souscripteur respecte ce paiement, le capital placé sera versé après le décès de
l’assuré. Dans ce cas contraire, l’assureur n’aura pas à verser ce fonds ce qui rendra le capital perdu.

Vérifier les conditions

Pour se souscrire à une assurance décès, il faut tout d’abord se renseigner auprès de l’assureur.
D’ailleurs, il est important de vérifier les différents accidents qu’ils couvrent et les conditions à
respecter. De cette manière, l’épargnant pourra assurer la survie de ses proches même après une
grande tragédie causant sa mort.

Assurance vie

Principes

Ce n’est pas le cas pour l’assurance vie. Pareillement à l’assurance décès, il permettra d’épargner
l’argent de manière à subvenir aux besoins des bénéficiaires en cas de décès. Mais ce n’est pas
seulement son avantage. Les placements au sein de l’assurance vie est très vaste. Cela permet
d’avoir une rentabilité et de faire des bénéfices majeurs. Tout d’abord, l’assuré peut verser le capital à investir à n’importe quel moment, sans aucune obligation ni contrainte. Ensuite, il pourra soit
retirer l’argent de son épargne et les bénéfices lorsqu’il est encore en vie, soit laisser au profit des
bénéficiaires désignés dans le contrat.

Contrat mono support

Il existe plusieurs sortes de contrats d’assurance vie. Tout d’abord, il y a le mono support qui est
aussi appelé fonds euro. C’est un placement sans risque qui permet de faire fructifier son argent bien
que la rentabilité soit assez petit, allant jusqu’à 1,7%. Mais il n’y a aucun risque dans cet épargne.
Même si l’économie du pays rend le marché difficile, il aura toujours une rentabilité supérieure à 1,
c’est-à- dire que le fonds versé au cours de son contrat ne sera jamais perdu.

Contrat multi support

Le contrat multi support est une forme d’assurance vie qui permet à l’assuré de diversifier ses
placements. Il peut par exemple, verser une partie du capital au sein du marché boursier ou dans
l’achat d’un bien immobilier. Cependant, il faut voir parmi la liste des supports autorisés par
l’assureur. Le risque est plus élevé comme la dévaluation de l’action ou les catastrophes naturels qui
nuit au fonctionnement de la location. Néanmoins, la rentabilité sera plus élevée grâce aux divers
revenus possibles. Pourtant, l’épargnant peut encore placer une somme dans le fonds euro qui fait
partie des supports de l’assurance vie.

Contrat à gestion pilotée

La gestion pilotée est la forme de contrat d’assurance vie la plus conseillée dans le monde de la
finance. En effet, il s’agit d’adapter le contrat à la situation de l’épargnant. De cette manière, le
gestionnaire pourra demander un arbitrage selon la situation de l’assuré ou du marché financier du
pays voire à l’international. De ce fait, la distribution des fonds pourra être modifier en cours de
route. Puis, il pourra également décider sur la nature du contrat : mono support, multi support en
fonction du but de l’épargnant ; retraite, projet….

Profil de l’assuré

Le point commun de ces contrats concerne les bénéficiaires désignés. L’assurance devra alors
étudiée minutieusement le profil de l’épargnant pour savoir s’il pourra se souscrire à ce genre de
contrat. Il peut être prudent. Dans ce cas de figure, l’objectif est de prévoir les accidents possibles et
d’aider les bénéficiaires. Dans le profil équilibré, l’épargnant étudie les risques et les autres
paramètres avant de se lancer dans la signature du contrat. Le profil dynamique désigne une
personne qui aime faire des épargnes bien que risquées. Il pourra se lancer dans de nombreux
supports de manière à récolter le plus de bénéfices possibles. Mais il ne calcule pas vraiment les
risques et les taux de réussite de sa manœuvre dans l’assurance vie ou l’assurance décès.